« Garantir l’autonomie des start-up vis-à-vis des enjeux technologiques »

Pour prospérer, les start-up et PME doivent maîtriser leurs solutions technologiques. Afin de mieux les accompagner, Continuous a développé une nouvelle offre. D’une part, elle accompagne ces acteurs dans la mise en place de leur solution, d’autre part elle les aide à recruter et à former l’équipe qui sera en mesure de la faire évoluer. 

Trop souvent, les start-up ou les PME ont recours à des prestataires extérieurs pour répondre à leurs besoins en développement logiciel. La démarche est souvent motivée par des économies de coûts. Il apparait plus aisé de recourir à un partenaire, qui pourra vous accompagner en facturant des prestations ponctuelles, que d’engager un développeur. L’opération, comme le souligne la société Continuous, s’avère cependant risquée sur le long terme. « Les start-up ou PME procédant de la sorte se rendent compte, au moment où elles désirent reprendre la main sur leur développement, qu’elles ne sont pas forcément propriétaires de leurs solutions. Dans d’autres cas, alors qu’elles veulent avancer rapidement sur l’évolution de leur produit, elles se retrouvent dépendantes du bon vouloir du prestataire et des ressources qu’il peut mettre à  disposition », commente Oswald De Riemaecker, CEO de Continuous SA. 

La maîtrise de la solution logiciel, un enjeu stratégique

En confiant son développement à une société tierce, la start-up n’acquiert pas la connaissance et la maîtrise associées à sa solution, qui est pourtant un actif stratégique pour son développement. « Quand on souhaite évoluer dans le domaine des technologies, c’est l’organisation tout entière qui doit être numérique, rappelle Frédéric Dewinne, CTO et cofondateur de Continuous. Sa principale ressource pour l’avenir réside dans son équipe et la maîtrise qu’elle développe autour des solutions proposées. »

Toutefois, recruter et salarier des développeurs, alors que le marché est en manque de compétences, peut s’avérer onéreux. De plus, un porteur de projet peut avoir une bonne idée sans avoir les compétences techniques suffisantes pour guider l’équipe. À l’inverse, il arrive souvent que de bons techniciens n’aient pas la fibre business nécessaire à la réussite d’un projet. 

Accompagner, recruter, former

« Pour soutenir les acteurs face à ces défis, nous avons donc développé une nouvelle offre orientée vers les start-up et PME. D’une part, nous accompagnons nos clients dans la création d’un premier Minimum Viable Product, en réfléchissant avec eux à l’architecture technique et aux fonctionnalités à développer. D’autre part, nous les accompagnons dans leur démarche de recrutement, en ciblant des profils juniors que nous allons pouvoir coacher sur le projet », poursuit Oswald De Riemaecker. Dans cette démarche de recrutement, Continuous s’appuie sur son réseau pour trouver le candidat qui correspondra le mieux aux besoins du client. « Notre connaissance du client et notre bagage technique nous offrent un avantage. Nous parlons le langage du développeur et sommes en mesure de lui expliquer dans quelle mesure il pourra s’épanouir en travaillant sur un projet ou un autre », ajoute le CEO de Continuous. 

Assurer au client la plus grande autonomie

Au terme du processus, la volonté est de permettre au client d’acquérir la maîtrise de sa solution et d’être en capacité d’envisager ses développements futurs de manière autonome. « L’accompagnement autour de la mise en œuvre du produit ne se limite pas aux aspects techniques, mais s’attache aussi à une réflexion stratégique. Nous agissons en accélérateur de leur développement et non comme un simple prestataire externe, avec la volonté de faire grandir l’équipe de nos clients et en veillant à ce que ce dernier reste indépendant », assure Frédéric Dewinne

Maîtriser sa solution pour soutenir son développement

Continuous se positionne comme un partenaire, qui peut soutenir les projets de développement et de transition numérique de ces structures. L’autonomie et l’indépendance de chacun restent aux yeux des dirigeants de la structure un enjeu essentiel. « Au moment de lever des fonds, par exemple, les investisseurs vont s’attacher particulièrement aux aspects liés à la propriété de la solution et à la maîtrise business comme technique de l’outil. L’équipe doit être en mesure de l’emmener plus loin », commente encore Oswald De Riemaecker. Le dirigeant sait de quoi il parle. Il est lui-même souvent sollicité par des venture capitalist pour mener des due diligence préalables à des investissements. « Pour cela, le tout n’est pas d’investir dans la technologie, mais surtout dans l’équipe qui la met en œuvre et la fait évoluer », conclut le CEO.

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *